fbpx

Article n°2 # Si vous devez faire face à l’acte d’achat déraisonné

 « … Pour tout dire, cela faisait déjà un an que le chef de famille avait semé sa graine d’idée dans ma cervelle encore vierge et fertile.  Il défendait avec ferveur l’idée que, lorsque la maturité le permet, et pour éviter le tourbillon du quotidien, il est bon de réfléchir à un certain minimalisme, c’est-à-dire, porter une attention particulière à l’authenticité de nos besoins et s’attacher à différencier ce qui est « essentiel » de ce que l’industrie du marketing s’évertue à appeler « besoin », usurpant par un subtil envoûtement le véritable sens du mot.  Selon lui, l’occulte pratique manipulatoire, utiliserait les racines « Anthropo-docile » de tout être humain, rendant miscibles deux notions en réalité incompatibles : l’essentiel et le superflu.(…) »

VOICI SA RECeTTE !

Plantez l’idée, rajoutez un peu d’eau en automne, du soleil au mois d’août, réservez, et dans un dernier élan, allez-y franchement, jetez au visage de votre interlocuteur la chose la plus inattendue : 

« Et si on achetait un Van ? »

Qu’étais-je sensée penser alors ? (…)

(…) bafouer les interdits d’une société bien cadrée qui tolère tout juste les électrons libres.  J’adore.

(…)! Ça serait de la pure folie !

(…) « Oh oui ! Ne s’encombrer de rien, ne planifier aucune route, ne faire aucune réservation, ne prendre aucune assurance, ne pas prévoir de change, et pouvoir faire pâlir mes voisins !« 

(…) Et là, nouvellement initiés aux vertus de la liberté, nous pourrons nous délecter en toute impunité du bien-être et de l’apaisement tant convoité.  Ici et très ouvertement, je défis ma bouteille de shampoing de m’offrir meilleure sensation, quoiqu’en dise son étiquette tapageuse !

Je n’ai plus besoin de motivations complémentaires, mes pensées parasitent la conversation et poursuivent l’argumentaire en solo. Je m’empare immédiatement du premier stylo et je note mes sensations. C’était comme une injonction interne, quelque chose qui allait me suivre.

Nos cervelles intoxiquées par le quotidien renaîtront sous le merveilleux spectacle de la nature qui nous offrira ce qu’il a de plus majestueux, en réinitialisant toutes les vérités auxquelles nous nous étions accrochées jusque-là.  Les poumons emplis d’air pur, nous retrouverons à tout jamais la confiance perdue en la planète. 

– Et tout cela pour la modique somme de…40 000 euros. Seulement. Poursuivit-il.

dollars

#Evite-mon-écueil : Pour un California récent, le prix est toujours prohibitif. Mais assez aisé à revendre. Vous pouvez aussi viser des budgets moins élevés, hors Volkswagen.  

(…) Flottement, obscurité, clarté, s’enchaînent…

Le diagnostic est sans appel : Un vent de folie l’avait sûrement traversé.  Je m’empressais donc, en épouse exemplaire, de l’aider à reprendre ses esprits et à reconstituer son rubik’s cube de matière grise qui s’est auto-mélangé.  J’y allais franchement : les rouges avec les rouges, les blancs avec les blancs, les bleus avec les bleus, et l’argent que nous n’avions pas… Au Crédit Agricole.

voiseau

CONCLUSION :

# Si vous devez faire face à l’acte d’achat déraisonné, suivez ces 4 conseils : 

  1. Suscitez l’ardent désir de poursuivre ce rêve chez votre conjoint.
  2. Donner une forme à votre rêve : Ecrivez et relisez l’ensemble de vos notes plusieurs fois.
  3. Décrivez vos émotions positives, votre ressenti, ne planifiez pas.
  4. Notez : il existe une solution pour chaque bourse !

 

Un avis sur “Article n°2 # Si vous devez faire face à l’acte d’achat déraisonné

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :